Breaking News

Relations commerciales Union européenne-Afrique : vers de nouveaux partenariats, prélude du 6è Sommet UA-UE 

En amont au prochain Sommet Union africaine – Union européenne des 17 et 18 février, Paris accueillait une conférence préparatoire sur les relations commerciales euro-africaines. Dans un contexte sanitaire inédit, l’UE compte optimiser la décélération d’une Chine centrée sur sa stratégie interne « zéro Covid » pour renforcer ses liens avec l’Afrique. Le continent courtisé de toutes parts réclame aujourd’hui l accords commerciaux à bénéfices partagés dans ses relations avec Bruxelles.

La question de la jeunesse demeurant toujours au cœur des préoccupations comme le 5éme sommet tenu en 2017 en Côte d’Ivoire, cette nouvelle édition sera consacrée au rééquilibrage des relations entre le Nord et le Sud et le redressement des économies de part et d’autres. Une attention particulière sera portée sur la relocalisation et le raccourcissement des circuits logistiques au prisme de l’enjeu sanitaire inédit. C’est dans ce contexte que le ministère des Affaires étrangères français organisait une réunion préparatoire au Sommet UA-UE, intitulée « Relations commerciales Union européenne-Afrique : vers de nouveaux partenariats », le 10 janvier dernier à Paris (un rendez-vous essentiellement dématérialisé). « L’UE souhaite demeurer à tous égards, le premier partenaire de l’Afrique sur le plan économique, commercial, mais aussi en matière de sécurité, d’aide publique au développement et humanitaire », a souligné Franck Riester, ministre de l’Europe et des Affaires étrangères, chargé du Commerce extérieur et de l’attractivité.

Union Européenne , Premier partenaire Multilatéral

Les échanges commerciaux entre l’UE et l’Afrique ont augmenté de 20 % entre 2016 et 2020 pour atteindre 225 milliards d’euros, mais au niveau bilatéral, la Chine campe toujours la première place du classement avec volume commercial avec l’Afrique atteignant à lui-seul, 167,8 milliards de dollars de janvier à novembre 2020, selon le ministère chinois du Commerce). Cependant, aujourd’hui le vent tourne sur le continent et les enjeux se précisent mieux pour ce continent est contraint d’avoir une ancrage régionale solide.

« Lorsqu’on ouvre à la concurrence internationale, des économies dans lesquelles les entreprises n’ont pas réuni les conditions nécessaires pour s’ajuster et pour réagir, on sait qu’il ne faut pas s’attendre à des effets positifs, c’est clair », déclarait Patricia Augier, professeur à l’Université Aix-Marseille et économiste du développement

Industrialisation et développement des chaînes de valeur locales via les PME et TPE en Afrique

L'industrialisation de l'Afrique : l'espoir est encore permis...

L’objectif premier du continent repose sur son industrialisation et sur le développement de ses chaînes de valeur locales via ses PME et TPE qui représentent « entre 85 % et 90 % du tissu économique », souligne Mohamed Sami Agli. « C’est vers ces entreprises qu’il faut capitaliser le maximum de ressources et de moyens. Ces entreprises répondent à l’ancrage humain et au développement économique local. Le partenariat qui doit être revu entre l’Europe et l’Afrique -doit être- driver par ces questions », déclare-t-il, non sans préciser que « l’Afrique dont la population va doubler d’ici 2050 est un marché solvable ».

Placer les TPE-PME au centre de la nouvelle relation UA-UE est également l’une des priorités avancées le 10 janvier dernier par Mohamed El-Kettani, le PDG d’Attijariwafa Bank. « Nous avons un défi majeur qui consiste à redéfinir une vision commune -relative à des- domaines d’interdépendances et de défis à relever (…) Le premier axe repose sur l’emploi des jeunes et l’investissement avec un focus particulier sur les TPE, PME et PMI. Dans la culture du continent africain, elles jouent un rôle primordial dans la création d’emplois et l’inclusion des jeunes dans le circuit économique. Dans ce sens, les stratégies d’entrepreneuriat représentent un levier très important sur lequel l’Afrique devra travailler, notamment en coopération avec l’UE ».

Un tissu économique local à impulser

Les résultats de ces accords conclus avec l’UE et la multiplication des acteurs, notamment asiatiques, favorisent aujourd’hui de nouvelles revendications africaines pour soutenir un développement inclusif et pérenne qui s’appuierait sur le tissu économique local.

—————————————————-

Télécharger nos applications sur App Store:

User : bam    Mot de passe : bam 

Diffusion sur:
www.belafrikamedia.tv

L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est ISO-Bam-tv.png.
L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est download-1.png.

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


× Whatsapp